برلماني فرنسي: الحرب السّورية هي حرب حضارة ضدّ التخلّف والرجعية

قال عضو البرلمان الفرنسي، النائب عن حزب الجمهوريين نيكولا دويك بعد عودته مؤخّراً من سوريا والتي كانت زيارته الثالثة لها، معرباً عن أسفه لعدم التعرّف عليها سابقاً.

وتابع النائب دويك في حوار خاص لوكالة أنباء فارس أنّ سوريا بالنسبة له هي مهد الحضارات الشّرقية والدّيانات السّماوية، والحرب التي تخوضها سوريا هي حرب من أجل الحضارة ضدّ التخلّف والرجعية.
وأشار النائب دويك إلى أنّه في حال خسر الجيش السوري هذه الحرب، ستحدث عاصفة كبيرة من العنف وستضرب العالم، وإراقة الدّماء ستعمّ الشّرق الأوسط، وأيضا أوروبا، لأن الإسلاميين لديهم مشروع ارهابي عالمي.
ولفت دويك إلى أنّ لديه رسالتيَن في هذا المنحى، الأولى هي تذكير الفرنسيين أنّ سوريا بلد وسيّد مستقلّ، والسوريون يعبّرون عن انتماءهم إلى الفكر والنهج السّوري قبل التعبير عن انتماءهم إلى ديانة معينة، مشيراً إلى أنّ الحالة الطائفية هي شيء جديد بالنسبة للسوريين.
كما أعرب النائب دويك عن احترامه وتقديره وإعجابه بالشعب السّوري الكبير وخاصّة بالمرأة السّورية التي رغم الحرب لم تتوانَ عن مشاركة الرجل ظروف الحرب.
والرسالة الثانية التي أراد إيصالها النائب دويك هي رسالة « رجاء »، متمنّياً فعلاً أن تربح الحضارة هذه الحرب الدائرة في سوريا على العنف والقتل والإرهاب.
وحول زيارة النائب دويك خلال زيارته سوريا إلى حلب قال: أنّ القسم الأكبر من المدينة ما زال صالحاً والتدمير هو عشرين بالمِئة من إجمالي مساحة المدينة، وأعرب عن معاناته الشخصية بعد رؤيتها عن كذب الإعلام الفرنسي وازدواجيته فيما يخصّ سوريا عموماً وحلب على وجه الخصوص.
وأضاف أنّه وخلال تواجده في سوريا مؤخّراً لاحظ تعلّق السّوريين برئيسهم بشار الأسد الذي يستحق اسمه بسبب صموده ستّ سنوات وصدّه الحرب الكونية الإرهابية التي لا مثيل لها، لافتاً إلى أنّه بالنسبة إلى فرنسا ولسوء الحظ مع انعدام الرؤية السّياسية الخارجية لمسؤوليها الذين قرّروا اتّباع الولايات المتحدة الأمريكية، والذين يصفون الرئيس الأسد بالديكتاتوري، وبسبب أخطائهم بما يخص سوريا أخرجوا فرنسا كليّاً من المعادلة.
وأكّد النائب الدويك أن الجميع يعلم أنّ هناك إرادة أمريكية بإعادة رسم شرق أوسط جديد، وأنّ فرنسا استسلمت كليّاً إلى البروباغندا الأمريكية، ممّا أفقدها شيئاً من سيادتها، لافتاً إلى أنّ كسل المسؤولين الفرنسيين السّياسي جعلهم يتبعون سياسة أمريكا، ممّا جعلهم يخسرون علاقتهم التّاريخية مع سوريا، مشدّداً أنّه يجب على المسؤولين الفرنسيين التكلّم مع السّوريين لمجابهة الإرهاب.
وأردف أنّ زيارته إلى سوريا مهمّة على عدّة أصعدة، أوّلاً القول للفرنسيين ماذا رأوا وسمعوا، وكيف يتجاهل الإعلام الفرنسي بعض الحقائق، وثانياً القول للشعب السّوري أنّ الفرنسيين لا يزالون يحبّون سوريا، وبكل تواضع نحاول جاهدين التأثير على السّياسة الفرنسية تجاه سوريا لتغييرها، مع الأمنيات بأن تعود فرنسا للعب دورٍ في إعمار سوريا، لكنّ السوريّون لن ينسَون بسهولة تخلّي فرنسا عنهم في محنتهم.
واعتبر دويك التصريح الجديد لمرشّح اليمين « فرنسوا فيون ناغتا » قوله أنّ الرئيس الأسد ديكتاتوري، أن يكون هذا التصريح مجرّد تكتيك سياسي ورسالة لتوحيد الجبهة السّياسية الداخلية
وعبّر دويك بكلمة أخيرة برسالة حب واحترام ورجاء لسوريا وشعبها، والسؤال الكبير الذي أطرحه على نفسي وعلى الآخرين، والذي الجني دائماً، هل العالم سيعيش ثلاثة أو أربعة عقود تحت سيطرة الفكر الوهابي، السلفي، المتطرّف، أو أننا سنستطيع الهرب والتخلص من هذه الكأس المُرّة.

برلماني فرنسي،الحرب السّورية،حرب حضارة ضدّ التخلّف والرجعية
Publicités

Syrie : Les Droits de l’Homme à la carte

Les Nations Unies ainsi qu’un bon nombre de dirigeants occidentaux relayés par des médias de grande audience ont martelé à toutes les heures de la journée qu’une crise humanitaire est en train de se produire dans les quartiers est d’Alep lorsque l’armée syrienne était en phase de remporter une grande victoire stratégique.

Ce n’est pas un tort de s’inquiéter du sort des civils dans les quartiers est d’Alep. Cependant, ce qui est également inquiétant est le sort des populations civiles sur tout le territoire syrien à cause de la guerre. La manipulation des Droits de l’Homme selon les intérêts de certains gouvernements souhaitant protéger leurs mercenaires, et autres sous-traitants sur place est aussi préoccupante.

Quelques humanistes français et européens suivent aveuglement certains médias de masse qui ne font que les dépouiller de tout esprit critique ainsi et du bon sens. Toutefois, ces mêmes médias à qui les humanistes européens donnent du crédit leurs occultent l’essentiel de ce qu’il se passe en Syrie. La propagande médiatique au nom de la protection des civils, au nom des Droits de l’Homme ne souffle pas un mot sur la détresse que vivent depuis deux ans les habitants de Foua et Kefraya, deux localités syriennes dans la région d’Idlib.

Les défenseurs des Droits de l’Homme se sont insurgés pour sauver les civils de l’est d’Alep. Mais au moment où la propagande était à son apogée, il ne restait qu’une poignée de combattants syriens et étrangers venant en Syrie avec leurs familles pour rétablir le nouveau Califat. Ces derniers ont été évacués par l’armée syrienne.

En revanche, les civils d’Alep ouest, de Foua et Kefraya et du reste de la Syrie ne méritent pas aux yeux des adeptes des Droits de l’Homme français et européens de se pencher sur leur cas. Ont-ils moins de dignité que ceux d’Alep est qui sont sortis massivement vers les régions contrôlées par l’Etat syrien fêtant la victoire de l’armée syrienne ? Une certaine malhonnêteté médiatique s’est installée depuis le début de la crise syrienne mettant l’éclairage sur des situations humaines qui dans le fond ne servent que les intérêts stratégiques des impérialo-sionistes. Certainement le sort des civils des quartiers est d’Alep était à déplorer, notamment lorsque les combattants les ont pris comme bouclier humain, allant jusqu’à exécuter toutes personnes essayant de fuir .

Foua et Kefraya deux localités peuplées de syriens chiites se situent dans la région d’Idlib. Pour Ghanya Dergham journaliste syrienne : « Les deux villages sont encerclés depuis le 29 mars 2015, par des groupes terroristes appartenant à l’organisation Jaych Al-Cham pratiquants envers les habitants toutes les exactions, les privant de leurs droits les plus élémentaires, coupant l’eau, l’électricité et interdisant l’entrée des secours et le ravitaillement en médicaments, bombardant quotidiennement les deux villages par plusieurs sortes d’obus artisanaux et de missiles de toutes sortes. » Il convient de préciser que les châteaux d’eaux sont également bombardés et des enfants meurent de faim et de soif.

Il existe à Foua et Kefraya environ 50 000 civils soumis aux pires des blocus. Lorsque les populations sont ravitaillées en avion par l’armée syrienne, les combattants tirent sur les parachutes pour détruire leurs contenus. Ces derniers ont également mis hors d’utilisation les champs agricoles par un bombardement massif de toutes sortes de mortiers, sans oublier ainsi les snipers embusqués afin d’empêcher les agriculteurs d’exploiter leurs champs.
A Foua et Kefraya des blessés attendent la mort par manque de soins. L’hôpital central a été détruit sur la tête de ses pensionnaires. Néanmoins, rares sont les journalistes français et européens qui parlent de ce problème, tandis que les hôpitaux d’Alep transformés en stock d’armes suscitaient toutes les indignations lorsqu’ils ont été bombardés.
Majed Hatmi journaliste syrien précise : « Les terroristes ont bombardé les habitations civiles, les écoles, les mosquées, les hôpitaux, les champs cultivables, avec des mortiers et des obus de toutes sortes, les mettant hors d’état de fonctionner. Tandis que les snipers tirent sur les bétails afin d’empêcher les habitants de les exploiter. »

Les Droits de l’Homme sont-ils sélectifs ? S’appliquent à la carte et selon les intérêts stratégiques de certains pays ? Ont-ils perdu leur universalité ?

Du moment que les Droits de l’Homme sont applicables pour un groupe d’humain et non pas pour un autre, cela signifie que quelques humanitaires dévoués manipulent ce concept avec les opinions publiques. Quant à certains champions de la liberté absolue, dont la liberté religieuse fait partie, ils savent pertinemment que le seul crime des habitants de Foua et Kefraya est leur appartenance à l’Islam chiite .

Les témoignages donnés lors de l’émission intitulée La Terre diffusée sur la chaîne Al-Mayadeen montrent que ce sont les habitants de Foua et Kefraya qui défendent les territoires contre les assaillants et lorsque les combattants laissent des convois humanitaires entrer dans les deux villages après avoir obtenu des contreparties de l’Etat syrien, ils confisquent les contenus essentiels au bon fonctionnement des médicaments, des vaccins ou des poches de sang destinées aux blessés, ce qui en rend l’usage impossible. Néanmoins, ces convois humanitaires sont acheminés sous la surveillance des Nations Unies.

Enfin, pourquoi les amoureux des Droits de l’Homme ne s’intéressent-ils pas aux supplices qu’endurent les civils de Foua et de Kefraya, et tout le peuple syrien privé des moindres droits lui permettant de vivre décemment et dignement ?

Antoine Charpentier

Syrie : Les Droits de l’Homme à la carte

Les Nations Unies ainsi qu’un bon nombre de dirigeants occidentaux relayés par des médias de grande audience ont martelé à toutes les heures de la journée qu’une crise humanitaire est en train de se produire dans les quartiers est d’Alep lorsque l’armée syrienne était en phase de remporter une grande victoire stratégique.

Ce n’est pas un tort de s’inquiéter du sort des civils dans les quartiers est d’Alep. Cependant, ce qui est également inquiétant est le sort des populations civiles sur tout le territoire syrien à cause de la guerre. La manipulation des Droits de l’Homme selon les intérêts de certains gouvernements souhaitant protéger leurs mercenaires, et autres sous-traitants sur place est aussi préoccupante.

Quelques humanistes français et européens suivent aveuglement certains médias de masse qui ne font que les dépouiller de tout esprit critique ainsi et du bon sens. Toutefois, ces mêmes médias à qui les humanistes européens donnent du crédit leurs occultent l’essentiel de ce qu’il se passe en Syrie. La propagande médiatique au nom de la protection des civils, au nom des Droits de l’Homme ne souffle pas un mot sur la détresse que vivent depuis deux ans les habitants de Foua et Kefraya, deux localités syriennes dans la région d’Idlib.

Les défenseurs des Droits de l’Homme se sont insurgés pour sauver les civils de l’est d’Alep. Mais au moment où la propagande était à son apogée, il ne restait qu’une poignée de combattants syriens et étrangers venant en Syrie avec leurs familles pour rétablir le nouveau Califat. Ces derniers ont été évacués par l’armée syrienne.

En revanche, les civils d’Alep ouest, de Foua et Kefraya et du reste de la Syrie ne méritent pas aux yeux des adeptes des Droits de l’Homme français et européens de se pencher sur leur cas. Ont-ils moins de dignité que ceux d’Alep est qui sont sortis massivement vers les régions contrôlées par l’Etat syrien fêtant la victoire de l’armée syrienne ? Une certaine malhonnêteté médiatique s’est installée depuis le début de la crise syrienne mettant l’éclairage sur des situations humaines qui dans le fond ne servent que les intérêts stratégiques des impérialo-sionistes.  Certainement le sort des civils des quartiers est d’Alep était à déplorer, notamment lorsque les combattants les ont pris comme bouclier humain, allant jusqu’à exécuter toutes personnes essayant de fuir[1].

Foua et Kefraya deux localités peuplées de syriens chiites se situent dans la région d’Idlib. Pour Ghanya Dergham journaliste syrienne : « Les deux villages sont encerclés depuis le 29 mars 2015, par des groupes terroristes appartenant à l’organisation Jaych Al-Cham pratiquants envers les habitants toutes les exactions, les privant de leurs droits les plus élémentaires, coupant l’eau, l’électricité et interdisant l’entrée des secours et le ravitaillement en médicaments, bombardant quotidiennement les deux villages par plusieurs sortes d’obus artisanaux et de missiles de toutes sortes. »[2] Il convient de préciser que les châteaux d’eaux sont également bombardés et des enfants meurent de faim et de soif.

Il existe à Foua et Kefraya environ 50 000 civils soumis aux pires des blocus. Lorsque les populations sont ravitaillées en avion par l’armée syrienne, les combattants tirent sur les parachutes pour détruire leurs contenus. Ces derniers ont également mis hors d’utilisation les champs agricoles par un bombardement massif de toutes sortes de mortiers, sans oublier ainsi les snipers embusqués afin d’empêcher les agriculteurs d’exploiter leurs champs.

A Foua et Kefraya des blessés attendent la mort par manque de soins. L’hôpital central a été détruit sur la tête de ses pensionnaires. Néanmoins, rares sont les journalistes français et européens qui parlent de ce problème, tandis que les hôpitaux d’Alep transformés en stock d’armes suscitaient toutes les indignations lorsqu’ils ont été bombardés.

Majed Hatmi journaliste syrien précise : « Les terroristes ont bombardé les habitations civiles, les écoles, les mosquées, les hôpitaux, les champs cultivables, avec des mortiers et des obus de toutes sortes, les mettant hors d’état de fonctionner. Tandis que les snipers tirent sur les bétails afin d’empêcher les habitants de les exploiter. »[3]

Les Droits de l’Homme sont-ils sélectifs ? S’appliquent à la carte et selon les intérêts stratégiques de certains pays ? Ont-ils perdu leur universalité ?

Du moment que les Droits de l’Homme sont applicables pour un groupe d’humain et non pas pour un autre, cela signifie que quelques humanitaires dévoués manipulent ce concept avec les opinions publiques. Quant à certains champions de la liberté absolue, dont la liberté religieuse fait partie, ils savent pertinemment que le seul crime des habitants de Foua et Kefraya est leur appartenance à l’Islam chiite .

Les témoignages donnés lors de l’émission intitulée La Terre diffusée sur la chaîne Al-Mayadeen[4]  montrent que ce sont les habitants de Foua et Kefraya qui défendent les territoires contre les assaillants et lorsque les combattants laissent des convois humanitaires entrer dans les deux villages après avoir obtenu des contreparties de l’Etat syrien, ils confisquent les contenus essentiels au bon fonctionnement des médicaments, des vaccins ou des poches de sang destinées aux blessés, ce qui en rend l’usage impossible. Néanmoins, ces convois humanitaires sont acheminés sous la surveillance des Nations Unies.

Enfin, pourquoi les amoureux des Droits de l’Homme ne s’intéressent-ils pas aux supplices qu’endurent les civils de Foua et de Kefraya, et tout le peuple syrien privé des moindres droits lui permettant de vivre décemment et dignement ?

Antoine Charpentier

 

[1] Les charniers que l’armée syrienne retrouve actuellement dans les quartiers libérés d’Alep.

[2] Ghanya DERGHAM, « Fouwa et Kefraya, deux localités syriennes qui résistent au terrorisme mondial. », Al-Hadass Yom, 8-12-2016, http://www.alhadathtoday.com/index.php?page=News&id=10644 ( En arabe)

[3] Majed Hatmi, « Kefraya Al Foua et l’Occident affligé à Alep », www.alam.ir ( En arabe)

[4] Al-Mayadeen, De la Terre, Foua et Kefraya, 11-06-2015, 01-09-2016, émission en arabe en ligne sur youtube.

Syrie : La France persiste dans le mensonge.

Pendant que les Syriens fêtent la victoire d’Alep, le pouvoir français évoque une crise humanitaire. Pendant que la population d’Alep se réjouit d’être débarrassée de ses bourreaux. La France pleure leur sort.

Quant à l’ONU, il signale des atrocités commises à l’égard des civils par l’armée syrienne, mais toujours sans aucune preuve convaincante. Certains médias occidentaux, notamment français, se contentent d’exhiber sur leurs écrans des personnes interviewées par Skype. Mais nous ne savons pas exactement qui sont ces personnes, ni le lieu de leur résidence. De ce fait, leur affirmation, qu’elles vont être exécutées par l’armée syrienne d’une minute à une autre, reste invérifiable.

Pourquoi l’ONU ainsi que les médias occidentaux refusent d’écouter les civils sortant des quartiers est d’Alep ? Ce se sont eux, tout de même, qui détiennent la vérité. Pourquoi les médias français utilisent des séquences vidéo filmées par l’armée syrienne et ne reflétant aucun massacre pour ainsi proférer leurs mensonges ?
Evoquer sans cesse des massacres et des atrocités inexistantes envers les civils d’Alep par l’armée arabe syrienne, c’est prendre des millions de personnes dont des Syriens pour des imbéciles, les accusant indirectement d’être collaborateurs d’un crime de grande envergure, perpétré soi-disant par le pouvoir syrien, mais concrètement il n’existe pas.

Comment se fait-il qu’une armée assassine depuis six ans son peuple sans aucun retournement de situation ? Pourquoi les occidentaux font une fixation sur Alep, occultant volontairement les réconciliations nationales qui ont lieu entre les syriens, sous l’égide de l’Etat syrien et son armée ?

Le fond du problème est que le peuple français est pris dans l’étau d’une propagande infernale qui ira jusqu’au bout de sa logique, puisque les instigateurs ne sont pas capables ni de se remettre en question, ni de faire marche arrière, ni d’avouer qu’ils se sont trompés ou ont menti.

Cependant, bon nombre de médias français ne cessent d’évoquer les conditions de vie déplorables à Alep est, le manque d’électricité, d’eau, de nourriture, de soin, ce qui est général à toute la Syrie qui subit depuis six ans une affreuse guerre mondiale accompagnée par des dures sanctions économiques. En revanche, ce qui est frappant est l’existence de connexion internet permettant à ces activistes d’affirmer sur les télévisions françaises que l’armée syrienne est en train d’exécuter les civils. Quelle chimère !

D’autres médias français ont l’indécence de lancer via internet des sondages demandant aux français s’ils souhaitent encore voir le président Bachar Al-Assad à la tête de la Syrie. Hormis l’absence de légitimité d’une telle manœuvre, c’est l’esprit colonialiste qui se réveille de nouveau chez quelques personnes en France.

Pendant que la propagande mensongère se déchaine, le Pape François envoie son ambassadeur en Syrie rencontré le président Assad, lui transmettant un message de soutien. Le pape a aussi vendu son âme au diable ?

Toutefois, nombreux sont les français, journalistes, politiques et citoyens qui affirment que la victoire d’Alep est celle du président Poutine. Pour d’autres, cette victoire est celle de l’Iran et du Hezbollah, mais aucun ne mentionne que la victoire est celle de l’Etat syrien et son armée. Cela pour éviter d’attribuer une réussite ou un point positif à l’Etat syrien dans ce conflit.

La perversion a atteint en France des niveaux d’une dangerosité très élevée, qui se perçoit dans l’expression de certains journalistes ou chercheurs évoquant les rebelles de Daech. Toutefois, ont-ils oublié que Daech est classée par la communauté internationale
comme organisation terroriste et bras armés d’Al Qaeda en Syrie ? La contradiction de leurs propos réside dans leurs affirmations que la France mène des frappes contre Daech en Syrie. Si nous les écoutons parler, Daech en Syrie ne sont que des rebelles, mais lorsqu’ils frappent en France ils deviennent des terroristes. Comment l’esprit français peut-il acquiescer cela ?

Les mêmes persistent dans leur calomnie, affirmant que la rébellion est mal armée face à l’Etat syrien. Ce fut la raison de sa perte à Alep.

Comment expliquer qu’une rébellion mal armée peut abattre des avions, peut bombarder les quartiers d’Alep ouest par des missiles Grad et autres armes lourdes. Il est convenable de regarder honnêtement ce que trouve actuellement l’armée syrienne dans les sous-sols des immeubles d’Alep en matière d’armements (de toutes sortes et de tous les calibres) étrangers.

Ce déchainement médiatique mensonger prouve la crainte d’une éventuelle prise de conscience du peuple français et sa découverte de la vérité. Cela montre également que les européens, notamment les français n’ont plus l’initiative politique et ne décident plus de rien au moins au Moyen-Orient.

Quant à la subite apparition du maire d’Alep est, il convient de préciser que depuis toujours il n’existe qu’un seul maire à Alep résidant dans les quartiers ouest sous contrôle de l’Etat. Cette farce est née après que la France ait demandé que l’est d’Alep devienne une zone indépendante du reste de la Syrie. La France veut-elle divisée la Syrie ?

Le soi-disant maire d’Alep dont nous n’avions jamais parlé auparavant demande de laisser les civils sortir de ses quartiers, il ne précise pas pour quelle destination. Il ne dit pas que les civils sortent déjà des quartiers est vers l’ouest, même avant ses apparitions. Mais, pourquoi les civils de l’est d’Alep ne partent pas avec les honnêtes rebelles modérés dans la région d’Idlib ?

Quant à la tour Eiffel, qui a été éteinte un soir en solidarité avec les civils d’Alep massacrés par l’armée syrienne et ses alliés, cela n’est pas d’une grande importance. Le risque majeur est que l’esprit obscurantiste ne retombe pas sur la France à cause de la politique de ses dirigeants en Syrie et au Moyen-Orient.

A l’heure Alep est libérée, songeons à l’étape suivante…

Antoine Charpentier

Qui entoure le nouveau Président du Liban pour gouverner ?

Le 31 octobre 2016, le Général Michel Aoun a été élu à la tête de l’Etat libanais suite à deux ans de vacance présidentielle. Face à la multitude des questions qui se posent sur la façon dont le nouveau Président libanais compte gouverner pour remettre le Liban sur pieds, le sortir de la grave crise politique et institutionnelle qu’il affronte actuellement, il convient de voir de qui le Président Aoun s’est entouré pour exercer ses fonctions présidentielles.

L’entourage proche du Président libanais demeure sa famille notamment ses filles – dont l’aînée est sa conseillère particulière – et ses gendres. Cela paraît logique, mais en même temps anormal pour une personnalité qui a toujours réfutée le féodalisme et la transmission politique des pères aux enfants.

Sur le plan national, le Président libanais est entouré de ses alliés notamment le Hezbollah et tous les composants de l’axe de la résistance au Liban.

Suite à son élection, le Président Michel Aoun a perdu des alliés comme l’ancien ministre Sleiman Frangié, tissant une alliance avec Samir Geagea[1]  son ennemi de tous les temps.

Samir Geagea, à l’instar de son allié Saad Hariri, ont admis la candidature de Michel Aoun au moment où l’axe de la résistance devient gagnant au Moyen-Orient, mais aussi au moment où l’Arabie Saoudite abandonne un bon nombre de ses alliés de la région dont Geagea et Hariri eux-mêmes.[2]

Samir Geagea, l’ancien ennemi du Président Aoun, a trouvé dans son alliance avec ce dernier, une forme de réhabilitation politique ainsi qu’une manière de blanchir son passé et son image.

L’entente de l’actuel Président libanais et de Samir Geagea demeure essentielle pour les militants de base favorisant plus de rapprochement.

Le Président libanais s’est aussi entouré de Saad Hariri, le nommant Premier Ministre en charge de former un nouveau gouvernement. Les conflits et les réconciliations ont jalonné la relation des deux hommes depuis 2005.[3] Ce fut le Général Aoun ainsi que ses alliés qui avaient poussé à la démission le premier gouvernement de Saad Hariri en janvier 2011.

Le Président Aoun a su s’imposer, aidé par ses alliances, mais surtout par sa clairvoyance et sa lecture universelle d’une politique mondiale actuellement en constante évolution, même si le scrutin a eu lieu dans des conditions pas tout à fait démocratiques, consistant à s’entendre sur le nom et la personne du Président et puis l’élire.

Certainement, l’actuel Président libanais peut être un lien entre les différents acteurs politiques au Liban, mais aussi au Moyen-Orient, sans beaucoup d’obstacles et de difficultés dont la preuve est la complexité actuelle de former un nouveau gouvernement.

Enfin, si les adversaires du Général Aoun se sont rendus à l’évidence trouvant un consensus pour l’élire, c’est aussi parce qu’ils n’avaient pas d’autres moyens pour le combattre.

Antoine Charpentier


[1] Samir Geagea ancien chef des Forces Libanaises, milices chrétiennes était aussi candidat à la présidence de la République. Il fait partie avec Saad Hariri de la coalition du 14 mars pro-saoudienne tandis que Michel Aoun appartient la coalition du 8 mars pro-iranienne.

[3] Année de l’assassinat de l’Ancien Premier Ministre Rafic Hariri, père de Saad Hariri. L’année 2005 est aussi l’année du retour du Général Michel Aoun au Liban après 15 ans d’exil en France.

حلب بين هدنة إنسانية وحرب عالمية ثالثة

هدنة إنسانية للمرة الألف في حلب.. طبقاً لشروط الاتفاق قامت الدولة السورية بفتح معبرين آمنين إلى حلب الغربية، ليعبر منهما المدنيون وخصوصاً أولئك المصابين بجروح بالغة والأطفال والمسنين. أمّا بالنسبة للمقاتلين فقد تركت لهم الدولة حرية تسليم أسلحتهم للدولة والانضمام إلى مراكز الجيش مستفيدين من مرسوم العفو الرئاسي الساري المفعول دائماً.. أو الذهاب إلى وجهة يختارونها، بحسب ما صرّح سابقاً السيّد دي ميستورا وبكرمٍ حاتمي عن رغبته حتى بمرافقتهم شخصياً.. لقد قدّمت الدّولة السّورية مرّة أخرى إثباتاً على احترامها لقرارات المجتمع الدّولي.

لقد أثبتت الدّولة السّورية مرة أخرى عن استعدادها ورغبتها بالحل السّياسي بغية وضع حدّ للحرب الجارية على أرضها.. فقد ارتضت الرضوخ لهدنة جديدة رغم الأحداث التي جرت في دير الزور عقب وقف إطلاق النار الأخير. مارست روسيا ضغطاً على حلفائها السوريين بناءً على طلبٍ من الفرنسيين والألمان من أجل تمديد الهدنة وهو الأمر الذي حدث بالفعل.

لم يجد المقاتلون المرتزقة في شرق حلب إلا منع المدنيين من مغادرة أمكنتهم عبر قصفهم لممرّات عبور المدنيين التي أمّنها الجيش السوريّ لهم.. لقد حافظ الجيش على رباطة جأشه وتراجع إلى الخلف من دون أن يردّ على مصادر النيران.. في حين أنّ قنّاصة المسلّحين تولّوا منع المواطنين المحاصرين في حلب الشرقية من الخروج عبر هذه الممرات.. لقد رأى البعض في سلوك العصابات المسلحة وتصاعد حدّة خطاب مشغّليهم شكلاً من أشكال الاضطراب.. إلا أن سلوكهم الفعلي أظهر ميلهم إلى الاستمرار بمنطق الحرب.

وفيما تدّعي الولايات المتحدة وحلفاؤها تأثيرهما على الجماعات المسلحة في شرق حلب، فإنهم لا يبدون أيّ رغبة لإيجاد حلّ سياسي في حين أنّهم لا ينفكون يطالبون بالهدنات  الإنسانية. غير أن السؤال الذي يستحق طرحه هو التّالي: هل مصطلح (الهدنة الإنسانية) يخصّ المدنيين أم الجماعات المسلّحة؟؟ هل الهدف منها إيجاد حلّ سياسي أم إيجاد مخارج للمسلّحين في شرق حلب، وذلك بالإصرار على إعاقة تقدّم الجيش السّوري وحلفائه في هذه المدينة؟ ولماذا سريعاً ما تسقط الهدنات حتى قبل أن تبدأ؟؟

إن معطيات الميدان تظهر أنه في كل مرّة يكون فيها الجيش السوري على وشك كسب معركة ما.. يسارع خصوم سورية لطلب وقف إطلاق النار ويطالبون بهدنة إنسانية تسمح لهم بامتلاك الوسائل التي تمنع تقدّمه..

إنّ خروجاً محتملاً لجبهة النصرة من شرق حلب لا يعني أبداً نهاية الحرب في سورية.. إذ إن أعداءها لن يتوقفوا أبداً عن الاستمرار في هذه الحرب التي تشنّها بالوكالة عنهم كل مسميات العصابات المسلحة.. لذلك فإنّ إخراج مسلحي(النصرة) من شرق حلب أو أيضاً ترك داعش موجودة في شرق سورية بعد تشرذمها في الموصل، وتركها تفرّ الى الرّقة قد يكون الهدف منه إعادة استخدام هؤلاء المسلحين في حروب أخرى على الأراضي السورية؟؟ لماذا لا يجري استهداف مواكب داعش والقضاء عليها من قبل طائرات التحالف وقواته، كي تكون هناك مصداقية وتطابق مع ما يدعيه خطاب قادة التحالف من حرص شديد على اجتثاث جذور الإرهاب؟؟

وبالتّوازي مع هذه الأحداث.. تقوم الولايات المتحدة بتهديد روسيا من اصطدام مباشر معها الأمر الذي يهدّد بقيام حرب عالمية ثالثة، هنا تجدر الإشارة إلى أن كتلة الغرب أعلنت الحرب على روسيا منذ عهد بعيد وعلى أصعدة متعددة من أهمها العقوبات الاقتصادية والحرب الدبلوماسية في المحافل الدولية، والإجراءت المعادية للفرق الرّياضية الروسية في الألعاب الأولمية الأخيرة التي جرت في البرازيل هذا العام، وحرمان قسمٍ من رياضييها من المشاركة فيها.. ورغبة الاتحاد الأوربي منع وسائل الإعلام الروسية من وجودها على أراضيه.. ولا ننسى مشكلة أوكرانيا.

هل عقدة التّفوّق المبالغ بها لدى البعض في الإدارة الأمريكية ستدفع بالعالم إلى حافة أتون الحرب؟؟

هل ستبقى الحرب الدائرة في سورية حرباً بالوكالة، بسبب عجز الولايات المتحدة عن التّدخل المباشر فيها؟؟ علماً أنه يجب ألا نهمل حقيقة أن سيناريو ضربة أمريكية مباشرة في سورية قد يجعل من بعض حلفائها في المنطقة ورقة ضغطٍ هامة جداً.. يبدو أن الإدارة الأمريكية تنظر إلى إنقاذ هيبتها بأهمية بالغة، بل وتراها أولوية حتى ولو كانت على حساب ملايين الضحايا من الأبرياء من بينهم الشعب الأمريكي نفسه..

 المحلل السياسي أنطوان شاربنتييه ــ فرنسا

Syrie : Une propagande médiatique mensongère

Depuis six ans, les médias de masse au service d’un impérialisme outrancier soumettent les opinions publiques occidentales à une propagande médiatique prenant la forme d’une dictature intellectuelle. L’histoire regorge d’exemples de personnes qui, malgré la dictature physique, tentaient de défendre avec acharnement leur liberté de penser. De nos jours, les masses, notamment occidentales, sont soumises physiquement et intellectuellement au nom de la Liberté, des Droits de l’Homme et de la Démocratie. Actuellement le corps, l’âme et l’esprit occidentaux sont piégés par des dirigeants ne voyant dans leurs peuples que des serviteurs de leurs intérêts les plus particuliers.
Croyez-vous que la propagande menée aujourd’hui par une partie des médias occidentaux contre la Russie et la Syrie ainsi que la guerre menée dans ce pays servent les peuples occidentaux, mobilisés psychologiquement et émotionnellement par une terreur répandue par tous les moyens de communications ? Quels sont les intérêts des peuples occidentaux dans tout cela ?
La propagande que subissent actuellement les opinions publiques occidentales est équivalente à celle qui a précédé l’attaque de l’Irak en 2003. Le scénario est toujours le même. Lorsque les impérialistes ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs, ils enclenchent une énorme campagne médiatique afin de justifier la démolition d’un pays, sans manquer par la suite de s’excuser de s’être trompés, comme ce fut le cas en Irak, qui depuis n’arrive plus à se reconstruire.
Le scénario de la campagne médiatique mensongère et outrancière de 2003 en Irak se reproduit aujourd’hui en Syrie. Il convient de préciser que dans Alep, il n’y a pas que les quartiers Est où se trouvent 250 000 personnes dont environ quatre mille terroristes. Les civils d’Alep Est font tout leur possible pour rejoindre les quartiers d’Alep Ouest et nul mouvement de civils n’a été détecté dans le sens inverse. La question doit être posée : pourquoi les civils s’efforcent-ils de sortir de la zone des rebelles modérés pour aller dans les zones d’un président, d’un système politique défini depuis six ans par la propagande médiatique comme une dictature sanguinaire ? Vraiment ces Syriens ont des excès de masochisme incompréhensible.
C’est cette image depuis six ans d’un président qui a été élu démocratiquement par suffrage universel que véhiculent les médias de masse occidentaux. Cependant, la Syrie n’est pas uniquement un homme, mais aussi des institutions, une armée, un peuple, un modèle de vivre ensemble, une forme de laïcité et d’autonomie.
La propagande occidentale oublie volontairement d’informer que les snipers des rebelles modérés tirent sans scrupules sur les civils qui tentent de sortir d’Alep Est, alors que l’armée syrienne avance vers eux. La propagande mensongère peut-elle nous éclairer sur qui prend réellement les civils comme bouclier humain ?
Toutefois, la propagande médiatique ignore volontairement le sort de presque un million et demi de Syriens à Alep Ouest, qui subissent quotidiennement les bombardements des soi-disant rebelles modérés. Ces bombardements causent tous les jours la mort de femmes et des enfants que les adeptes et les manipulateurs du concept des Droits de l’Homme refusent de voir et d’en parler. Uniquement car cela ne sert pas leurs intérêts stratégiques. Ceci est un bon exemple qui révèle comment la propagande médiatique assassine les Syriens soit en les ignorant de manière volontaire, les abandonnant à la merci des terroristes, soit en exploitant leurs morts pour émouvoir les opinions publiques et justifier une guerre qui ne sert qu’à remplir les poches de certains.
Les peuples occidentaux n’ont que les retombées négatives dues aux guerres que leurs dirigeants mènent dans le Monde. Quant au concept des Droits de l’Homme, il est devenu, dans la pensée impérialiste, une manipulation politique au service de la pensée unique et de la soumission d’autrui. Les illusionnistes des Droits de l’Homme ne s’émeuvent pas face aux morts d’Alep Ouest tués par les terroristes. Pour eux, les habitants d’Alep Ouest sont moins humains que les autres puisqu’ils vivent dans les régions de l’Etat syrien. Voilà comment les amoureux de la Démocratie trient les gens.
Enfin, que penserait l’Occident si les rebelles modérés l’attaquaient de la même façon que la Syrie ? Dans ce cas, ils deviendraient subitement des terroristes et les opinions publiques, telles des girouettes, changeraient leur mode de réflexions. Quelle aberration ! Ils se disent tous manipulés par les médias, mais ils les croient lorsque l’émotionnel est mobilisé. L’Occident se sert de ces mercenaires pour dominer le monde extérieur à ses frontières tandis qu’avec la propagande médiatique mensongère, il s’emploie à dominer celles et ceux qui sont à l’intérieur de ses frontières.
Toutefois, une partie de l’establishment occidental a prouvé en Syrie qu’elle ne supporte pas le langage de la Démocratie, de la Liberté qu’elle ne cesse de prêcher, ni les solutions politiques. Certains dirigeants occidentaux ne connaissent que l’expression de la guerre. Mais actuellement ce sont les derniers mots que l’impérialisme est en train de prononcer dans ce jargon.

Antoine Charpentier