SAUVEZ ALEP DES CRIMINELS

Les occidentaux, surtout les français crient leur rage en ce moment pour sauver Alep. Mais quand nous demandons à la bonne pensance française de qui il faut sauver Alep, nous les entendons dire idiotement du régime syrien, de l’armée de Bachar qui bombarde les civils. Mais lorsque nous mentionnons le fait que cela n’est pas vrai ou en partie faux, de suite ils rétorquent que ceux qui ont des oreilles et n’écoutent pas, ceux qui ont des yeux et ne voyent pas, et que nous vivons en occident ici et nous ne sommes pas sur le terrain, comme si eux vivent sur le terrain. Leur seule version vient quasiment soit des médias qui mentent ou de leurs journalistes qui calomnient en permanence. Certains s’insurgent affirmant qu’ils ont une vision claire des choses grâce à leurs partenaires qui sont sur place, mais qui dit partenaires dit aussi intérêts.

Un cessez-le-feu avait eu lieu en Syrie, excluant Alep, premier point pour ceux qui ont des oreilles, ect ect ne savent ou ne comprennent pas. Les médias occidentaux pointent la violation du forces légales syrienne d’un cessez-le-feu qui n’existe pas. Pourquoi américains, saoudiens et turcs ne veulent pas inclure Alep dans le cessez-le-feu ? Il faut aussi savoir que Daesch et al Nosra se battent entre eux à Alep, ce qui donne l’impression d’une guerre permanente et violation de ce cessez-le-feu. A ce propos les américains demandent d’inclure Al Nosra branche armée d’Al Qaeda en Syrie dans le processus des négociations de Genève ? N’est-ce pas une façon de leur part de blanchir Al Nosra et de débarrasser cette organisation de l’étiquette terroriste ? Blanchir une telle organisation, l’intégrant comme un fait normal dans le paysage syrien, surtout quand nous savons que ce groupuscule ne sait pas vivre sans imposer sa loi suscitant des guerres. Nous nous interrogeons sérieusement sur le but des américains et des français de parler en permanence d’Al Nosra comme des rebelles syriens ? Qui sont les syriens d’Al Nosra ? Y’en a-t-il autant que les médias occidentaux le disent ? Enfin, Al Nosra représente t-elle vraiment l’opposition syrienne ? Nous n’en sommes pas certains.

Blanchir Al Nosra de l’étiquette terroriste, la normaliser et la faire accepter par les opinions publiques occidentales comme une opposition à Bachar Al-Assad, c’est tout simplement faire naître sous d’autres aspects ce groupe, sûrement pour d’autres intérêts et d’autres luttes.

Mais pourquoi tous les pays cités tiennent à blanchir Al-Nosra ? C’est aussi pour enterrer à jamais leurs implications criminelles dans le conflit syrien ainsi que leurs liens avec la soit-disant opposition syrienne. C’est aussi dans ce cadre que nous comprenons les menaces du ministre des affaires saoudiens Adel Jubeir et son homologue américain John Kerry. Mais ces menaces sont aussi suscitées par l’avancée de l’armée régulière syrienne à Alep. La sur-médiatisation de ce qu’il se passe à Alep contribue aussi à couvrir l’échec des groupuscules armées et leurs alliés face au gouvernement syrien et à son armée régulière. Il faut en quelque sorte que ces derniers couvrent aussi leur perte de Palmyre. Une seconde donne occultée à la bonne pensance française est que la stratégie américaine, saoudienne consiste à raviver une escalade violente entre les groupuscules armées eux même et contre l’armée syrienne. Cette stratégie suite à des massacres atroces permettra une intervention militaire de l’armée américaine en Syrie et notamment à Alep, surtout à l’intérieur de la partie occupée par les groupes armés. Il convient de mentionner que ce coin d’Alep a comme vocation de devenir le vrai Etat-islamique, c’est en quelque sorte l’embryon. Cette stratégie a en partie réussi en introduisant au sud d’Alep des combattants à coup de gaz chimique et cela n’a pas choqué la communauté internationale ni ses médias.

Certes l’armée régulière syrienne avance vers les positions des groupuscules terroristes pour libérer Alep. Mais cette dernière a eu vent de la stratégie d’une zone tampon à Alep, dont Erdogan réclame dés le début du conflit. L’armée régulière a tendu une embuscade qui a fait perdre aux groupuscules d’Al Nosra et de l’Etat Islamique plus de 500 combattants, ce qui a ravivé chez eux une rage sans précédent. De ce fait ces organisations et leurs sponsors ont décidé de pilonner Alep pendant 10 jours. Dans ce cas pouvons-nous demander à l’armée syrienne de rester les bras croisés ?

Enfin, il faut savoir que les combats font rage à Alep, puisque cette dernière est considérée comme la seconde capitale syrienne. Alep constitue le plus grand centre industriel et financier de la Syrie. La partie occupée par les groupes armés donne l’accès direct à la Turquie. Une avancée de l’armée syrienne peut paralyser le ravitaillement d’Al Nosra et l’Etat Islamique, mais peut pousser ces derniers vers la Turquie.

Enfin, nous comprenons que celui qui remporte la manche à Alep pèsera sur les négociations à Genève. Nous allons voir dans le cas où les forces gouvernementales remportent la bataille d’Alep comment les américains vont changer leur fusil d’épaule, surtout que leurs alliés saoudiens, qataris et turcs deviennent un fardeau lourd sur leurs épaules risquant de les précipiter dans leur chute vertigineuse. L’avenir nous dira en attendant surveillons bien ce qu’allait se passer, le sort du monde se joue en ce moment à Alep.

Noura

Publicités