Je fais le choix dans ce billet de mettre l’accent sur la question des réfugiés syriens, qui arrivent en ce moment en France. Cette thématique de réfugiés syriens inquiéte pas mal de personnes en Europe et en France. Y-a t’il réellement une crise migratoire qui frappe l’Europe ou plutôt une sur médiatisation de la peur de l’autre? A qui profite cette surmédiatisation ? Pourquoi cette question surgit-elle maintenant ? Que font les dirigeants européens pour protéger leurs populations s’il y a vraiment un danger?

La surmédiatisation de la question des réfugiés syriens est une chose malsaine dès sa conception. Certains calomnieurs cherchant des gains politiques ont évoqué un raz-de-marée, ce qui est complétement absurde. L’Europe a accueilli pour le moment 600 milles réfugiés syriens et autres. Le nombre de syriens partis de leur pays se léve à plusieurs millions, alors que la France n’accueille que 30 milles individus de toutes nationalités confondues et donc non pas que des syriens. A titre d’exemple un pays comme le Liban voisin de la Syrie, d’une superficie de 10 000Km2 et de 4 millions d’habitants accueille à lui seul 2 millions de réfugiés déclarés, sans compter la Jordanie, Le Kurdistan et les autres pays voisins. Mais il faut préciser que les pays du Golfe ainsi que l’Arabie Saoudite refusent d’accueillir des réfugiés syriens, leurs frères de langues, d’éthnies et de religions.

Il n’y a pas en France un raz-de-marée migratoire, celles et ceux qui évoquent cela savent bien la vérité, mais adoptent aussi la stratégie de la peur. Enfin, la France n’est pas sur les chemins des migrations internationales telle que l’Espagne ou l’Italie ou encore la Gréce. Une question primordiale peut être posée, pourquoi les réfugiés syriens arrivent en ce moment, sachant que le conflit en Syrie dure depuis cinq ans ? Pourquoi est-ce en ce moment précis de l’histoire de ce conflit qu’il y a ce flux (massif) de réfugiés ves l’Europe ?

Si nous suivons bien l’actualité, nous remarquons que l’armée syrienne et ses alliés avançent d’une façon rapide et pértinente vers la frontière turque, premier passage pour les terroristes, les délogeants au fur et mesure de son avancée. Une chose très importante à prendre aussi en compte est la perte d’Erdogan aux dernières élections parlementaires, l’entrée des kurdes et des partis d’opposition au parlement. Suite à cela, Erdogan à manœuvré politiquement, frôlant l’illégalité afin de réorganiser des élections qui lui sont favorables. En paralléle il a rompu la trêve avec les kurdes, les agressant gratuitement, sachant que ces derniers se battent aussi contre Daech. Le premier ministre turc avait besoin de détourner l’attention de sa corruption politique, même s’il s’est reféré à la constitution turque, ainsi que de sa politique criminelle.

Perte des terroristes sponsorisés entre autre par Erdogan face à l’armée régulière syrienne, crise politique majeure en Turquie, avec un accés au pouvoir des kurdes, ont fait perdre la tête à Erdogan agitant ses réseaux de mafieux afin de favoriser le déplacement des soit-disants réfugiés syriens vers l’Europe ou ailleurs, jusque là parqués en Turquie. Erdogan voulait aussi par cette manœuvre mettre la pression sur les dirigentans européens, leur disant « si vous ne voulez pas de réfugiés, faites tomber Assad. ». En plus, chacun de nous commence à aperçevoir l’amour et l’estime qu’Erdogan et certains turques ont de l’Europe.

Les médias européens et notamment français ont fait croire à l’opinion publique européenne que les réfugiés fuient la guerre et arrivent directement de Syrie. Mais la chose la plus importante a été volontairement occultée, c’est que personne ne peut rentrer ni sortir de Syrie par voie terrestre s’il n’a pas l’accord de Daech et l’armée turque. Un flux massif depuis la Syrie ne peut avoir lieu, puisque Daech n’aimerait pas voir la population qu’ils contrôlent fuir massivement et les turques ne veulent pas voir des réfugiés chez eux, de ce fait ils ont fermé leurs frontières aux syriens depuis un moment. Il faut savoir que le régime syrien contrôle 60% de son territoire et 80% de la population syrienne restante au pays actuellement. Demandons-nous pourquoi ces 80% ne fuient pas massivement à pied la dictature et les exactions du régime syrien?

Avant d’accueillir, il faut se demander pourquoi et dans quel but le faire. Certains nous affirment qu’il faut accueillir ceux qui en ont besoin, mais dans le cas des syriens qui arrivent, ils ne sont pas nombreux ceux qui sont réellement dans ce cas. Deux précisions à prendre en compte, il existe en Turquie une région dont tout le monde a entendu parler, qui est celle d’Antioche. Cette région où la population parle jusqu’à nos jours l’arabe syrien a été cédée à la Turquie lors des accords Sykes-Picot du 16 mai 1916. Antioche avait des liens très étroits et profonds avec la région de Deir el Zor et Alep. Ce qui mérite de se poser la question, pourquoi les soient disant réfugiés syriens viennent d’Alep et ont tous transiter par Antioche. Ensuite, Daech a volé dans les préfectures syriennes des passeports vierges avec tout le matériel qui va avec pour établir un passeport syrien officiel. Ajourd’hui Daech est en train de les vendre à qui veut pour transiter en Europe, le prix d’un passeport revient à 5 mille dollars.

Certains souhaitent appliquer l’exemple du bon samaritain disant que nous devons nous occuper des gens qui arrivent chez nous. Avant d’aider zélement ce prochain, il faut que je sache qui il est, Pourquoi et comment l’aider. Quel est vraiment le probléme qui l’envoie vers moi, s’il y en a un, et quels sont les enjeux politiques, économiques et sociaux ?

Enfin, la chancelière allemande Angela Merkel a voulu adopter une posture médiatique du bon samaritain, sans se poser les trois questions précédentes, de ce fait elle a perdu la maîtrise de la chose et a envoyé son surplus aux autres pays voisins. Merkel a mis l’Europe dans une posture délicate, dans quel camps joue-t-elle ? Nous posons aussi cette question, puisque des rumeurs médiatiques nous informent qu’il y a eu l’année dernière un accord entre le ministre de travail allemand et des ministres turques pour leur envoyer des réfugiés permettant de pallier au manque de main d’oeuvre allemande. Nous n’avons pas de confirmation officielle à ce sujet, mais vous remarquez comme nous que les réfugiés traversent l’Europe dans un seul but c’est d’arriver en Allemagne, cherchons l’erreur.

Noura

Publicités