En ce moment une ère de conspiration vise la Syrie, un complot rassemblant plusieurs intérêts se perpétue. Mais,  qui est derrière tout cela? Si Bachar Al Assad tombe, qui prendra la relève?

Ce qui se passe en Syrie n’inspire pas confiance et ne nous rend pas optimiste au moment où toute la région se met à trembler. Les cas ne se ressemblent pas, la Syrie n’est pas la Lybie, ni le Yémen, ni la Jordanie. Certains journalistes passent leur temps à faire et refaire la comparaison entre Bachar Al Assad et son père Hafez Al Assad, entre ce qui se passe en Syrie en ce moment et ce qui s’est passé il y a 30 ans. Les événements de  Deraa et ceux de Hama ne sont pas similaires, le contexte n’est pas le même, les hommes et leur façon de gouverner ne sont pas identiques. Si une partie des syriens  arrive à contester aujourd’hui le pouvoir en place, c’est grâce à l’assouplissement du régime syrien sous Bachar Al Assad. Et si Assad père était encore en vie? Certains journalistes pointent l’apparition des chars de l’armée à Deraa, mais lorsque il y a trouble public, l’armée peut donner un coup de main, surtout quand ca dégénère. Il y a aucune preuve qui certifie que les snipers sur les toits des maisons sont engagés par le pouvoir en place. Ce n’est pas très professionnel de balancer des informations au public sans en être capable de donner la preuve. Cela devient un papotage au lieu d’être un journalisme d’investigation. Dire n’importe quoi est parfois le mot d’ordre de certains journalistes, tandis que les autorités syriennes détiennent des enquêtes et des révélations sur les commanditaires de ces événements. Alors face à un tel complot les chars et les militaires ne sont-ils pas légitimes? Pourquoi devons-nous croire sur parole un journaliste uniquement car il appartient à  une agence de presse occidentale, cela n’est pas un gage de qualité, la preuve est le meilleur moyen de montrer que le régime syrien est un assassin, comme certains le prétendent. Certains journaux mettent des images disant que cela est un extrait d’un film sur la contestation syrienne posté sur internet sans être capable de livrer le lien avec lequel nous pourrons par  la suite visualiser à notre tour la vidéo, pour pouvoir conclure que le régime syrien est vraiment sanguinaire. Aujourd’hui en Syrie, tous les coiffeurs, les garçons des cafés, les chauffeurs de taxis, les mendiants et les handicapés se voient accuser par des journalistes occidentaux d’être des espions à la solde du régime. Même les fidèles de la prière de vendredi sont accusés d’être à la solde des Service Généraux Syriens. Et si les journalistes syriens faisaient la même chose vis à vis de nos pays? Que veulent les journalistes occidentaux, que la totalité de la population syrienne se retourne contre ses dirigeants pour la couleur des yeux de l’occident ?

 La chute du régime de Bachar-Al-Assad ne risque pas de faire éclater un second Irak dans la région? Israël a t-elle envie d’avoir une guerre à ses frontières ? Certains journalistes ne font que distribuer les accusations au régime syrien et aux syriens mêmes, mais pour quelle fin? Ils veulent la chute de Bachar-Al- Assad, mais qu’est ce qu’ils proposent à la place un chaos, une guerre, des régimes radicaux? A force de s’amuser accusant  la Syrie  de tous les malheurs du Moyen Orient, notamment son rôle dans l’assassinat  du premier ministre libanais Rafic Hariri sachant qu’elle a été innocentée et même le fils de défunt est allé en Syrie dans une visite d’explication et de réconciliation, la table va être renversée sur la tête de tout le monde. Enfin, le Liban ne fait pas partie des pires ennemi de la Syrie comme certains le prétendent, au contraire il y a une entente très cordiale entre les deux pays, aucune preuve ne montre que la Syrie sème les troubles au Liban, c’est complètement faux et injuste. L’après Assad peut être dans le contexte actuel des choses pire qu’aujourd’hui. Les intérêts américains seront menacés, l’Irak peut contaminer à travers sa guerre les pays voisins, la Turquie ainsi que l’Europe seront menacé, la sécurité d’Israël sera en jeu. La guerre en Syrie peut être plus fatale pour le monde que l’Irak et peut embraser toute la région.

Noura

Publicités