Nous avions bien dit  dès le début du conflit syrien que Bachar al Assad ne tombera pas à la façon des présidents tunisien, égyptien et libyen et que ce qui se passe en Syrie est un complot.

Certains avec une habituelle prétention occidentale ricanaient, même se moquaient, affirmant que Bachar Al Assad ne pourra pas rester car le temps joue contre lui, le taxant de dictateur devant partir, uniquement car des calomnieurs déguisés en journalistes occidentaux ont propagé des idées servant l’axe du mal.

Nous avons dit dès le début, que le départ de Bachar Al Assad ne se fera que par une solution politique. Certains répondaient par un non affirmé que tôt ou tard il partira, car la résistance armée en Syrie est issue du peuple. Nous avons dit qu’Israël est impliquée dans la guerre en Syrie et qu’avec les Etats-Unis ils font payer à Bachar son soutien à la résistance palestinienne et libanaise, ainsi que son alliance avec l’Iran. Certains répondaient Bachar Al Assad soutient les terroristes et les iraniens vont avoir la bombes atomique pour enfin nous la balancer sur la tête par la suite. Certains affirmaient que les russes vont fléchir devant les Etats-Unis et leurs alliés, ce qui n’est pas encore le cas. Certains affirment dur comme fer que Bachar-Al-Assad massacre les minorités notamment les chrétiens.

Mais aujourd’hui qu’est ce qui se passe vraiment en Syrie. L’occident et ses alliés sont dans une obsession maladive de qui va remporter à court terme la manche afin de satisfaire leur clientèle électorale. Aujourd’hui l’occident fléchit devant la ténacité du régime et du peuple syrien.

 Puisque ce même occident qui prônait le départ de Bachar al Assad par les armes, commence à discuter sérieusement d’une solution politique. Israël montre de plus en plus son implication dans le conflit se prenant pour le gendarme de la région, chose qui peut être ne durera pas. À partir de cela nous pouvons constater si nous refusons l’aveuglement hystérique de l’occident que cette guerre a été minutieusement préparée, c’est tout simplement un complot suite à l’échec des américains en Iraq, à la défaite d’Israël en 2006 face au Liban et à la faillite totale de l’installation du projet du nouveau Moyen-Orient. Quant à la détention de l’arme nucléaire par les iraniens, nous signalons que ces derniers n’ont jamais réclamé que le nucléaire civil. Sachant que des pays comme le Pakistan et Israël qui sont mille fois plus dangereux que l’Iran détiennent l’arme nucléaire et depuis l’existence de cette dernière le seul pays qui l’a utilisé c’est celui qui se prend pour la référence de la démocratie et pour le gendarme du monde. Le problème est que chaque Etat ou chaque organisation qui ne rentre pas dans le rang des sionistes et n’accepte pas sa subordination aux Etats-Unis et ses alliés devient ipso facto terroriste. Les russes cherchent activement à garder un pied au Moyen-Orient et la Syrie constitue un des plus anciens alliés dans la région. La guerre en Syrie a fait émerger tacitement les deux blocs du passé.

Enfin si vous voulez savoir exactement ce que les minorités pensent du régime de Bachar Al Assad notamment les chrétiens, vous n’avez qu’à vous pencher sur les déclarations du patriarche maronite actuel, notamment lorsqu’il a rendu visite au président français. Il faut suivre ce que les patriarches des églises orientales déclarent, ce que le clergé et les chrétiens même demandent, il faut faire l’effort d’aller chercher et à partir de là nous pouvons savoir si oui ou non les minorités notamment chrétiennes soutiennent Bachar al Assad. Le seul et unique problème est que notre vision sur la guerre en Syrie est réduite à ce que nos journalistes consentants ou forcés de s’aligner sur la politique américaine nous martèlent à longueur de la journée et notre aliénation est de leur donner autant de crédit  uniquement car ce sont des journalistes occidentaux.

Enfin, cette guerre n’est pas prête de finir, d’autres fronts vont bientôt s’ouvrir, reste que le sort du monde se joue actuellement en Syrie.

Noura

Publicités